Wilfrid-Étienne Brunet complète ses études au petit séminaire de Québec de 1841 à 1850 avant d’entreprendre un stage en chimie et pharmacie d’une durée de cinq ans auprès de son beau-frère, le pharmacien Pierre-O. Giroux. En 1855, le pharmacien Giroux fait l’acquisition d’une autre pharmacie et il cède au jeune Brunet l’établissement situé sur la rue Craig (aujourd’hui Du Pont), dans le quartier Saint-Roch à Québec. Brunet en devient propriétaire en 1861.

WE BrunetWilfrid-Étienne Brunet, 1880. Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Fonds J.E. Livernois Ltée (Cote : P560,S2,D1,P133).

Ayant obtenu sa licence en pharmacie en 1858, les affaires de Brunet vont déjà bien. En 1861, il emploie deux commis en plus d’être assisté d’un apprenti, John Valdon. Désireux de loger sa pharmacie dans un local plus spacieux, Brunet fait l’acquisition, en 1872, d’un terrain à l’angle des rues Saint-Joseph et Sainte-Anne (aujourd’hui, rue de la Chapelle), toujours dans le quartier Saint-Roch. Dès l’année suivante, il y fait construire un édifice en pierre de trois étages qui abritera sa pharmacie et sa résidence. Cet édifice, par son architecture, sa dimension, son modernisme et ses décorations compte alors parmi les plus beaux du pays. Il abrite aussi la plus grande pharmacie de Québec à l’époque. Les passants étaient d’ailleurs émerveillés par les aquariums, qui constituaient une nouveauté au 19e siècle, et étaient exposés dans les vitrines de la pharmacie (Site de Brunet). La pharmacie Brunet a donc contribué à faire de la rue Saint-Joseph une artère commerciale importante de la ville de Québec à la fin du 19e siècle.

Marié depuis 1857 à Victoria Duberger, Brunet a 12 enfants. Deux d’entre eux deviennent pharmaciens. En 1879, son fils Wilfrid-Jean-Baptiste devient associé et l’entreprise prend le nom de W. Brunet et Compagnie. Puis, en 1884, Georges-Henri, un autre de ses fils, se joint à l’équipe.

En plus de tenir sa pharmacie et d’agir à titre d’examinateur pour l’Association pharmaceutique de la province de Québec en 1881, Wilfrid-Étienne Brunet s’intéresse aussi à la politique. Il y fait un bref passage alors qu’il occupe le poste de conseiller municipal pendant une ou deux années à compter de 1876. Puis, avec un groupe de libéraux modérés, dont fait partie Wilfrid Laurier, il fonde le journal L’Électeur en 1880. (Encyclopédie canadienne) Ce journal est l’organe officiel du Parti Libéral du Québec et du Parti Libéral du Canada dans la région de Québec. Après la publication dans le journal, en 1896, de la brochure anticléricale Le clergé canadien, sa vie, son œuvre, qui est mise à l’Index, les dirigeants choisissent de donner un nouveau nom au journal qui devient alors le quotidien Le Soleil. (Lamonde Y, Fleming P, 2005)

Brunet meurt en 1899, neuf de ses enfants lui survivent. Des dispositions ont été prises dans son testament pour assurer la survie de sa pharmacie. Il voulait en effet qu’elle « se perpétue autant que possible dans la famille des Brunet. » (Lessard R, Simard M, 1989)  La compagnie demeure en possession de ses descendants jusqu’au dernier tiers du 20e siècle et l’établissement porte aujourd’hui encore son nom.

Les descendants de Brunet restent fidèles à l’esprit novateur du fondateur. En 1940, un système de portes automatiques actionné par un « œil magique », une première à Québec, étonne les clients qui voient les portes de l’établissement s’ouvrir devant eux à leur arrivée et à leur sortie. Puis, au même moment, l’officine de la pharmacie est ouverte au public ce qui permet aux clients d’observer les pharmaciens au travail. La pharmacie est ensuite rénovée à l’occasion du centenaire en 1955, ce qui permet d’introduire des équipements ultramodernes permettant aux six pharmaciens de remplir 150 ordonnances par jour (Site de Brunet).

En 1982, la bannière Brunet compte cinq succursales et est sous la présidence de Dr Willie Brunet. Un groupe de cinq pharmaciens de la région de Québec fait à ce moment l’acquisition de la bannière. Puis, en 1987, la bannière Brunet, qui compte alors 11 succursales, devient la propriété de McMahon Distributeur pharmaceutique inc. Le réseau Brunet continue de prendre de l’expansion, notamment avec l’ajout des concepts  Brunet Plus en 2009, et Brunet Clinique, en 2010.

Sources : 
Donneur A, Beylerian O. « Le Soleil ». Site L’Encyclopédie canadienne [en ligne] : http://www.thecanadianencyclopedia.com/articles/fr/le-soleil (page consultée le 3 avril 2013);

Lamonde Y, Fleming P, Black FA, dir. Histoire du livre et de l’imprimé au Canada. Volume II : De 1840 à 1918. Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal, 2005, p. 384.

Lessard R, Simard M. « Brunet, Wilfrid-Étienne ». Dictionnaire biographique du Canada [en ligne] : http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=5996 (page consultée le 11 mars 2013).

Lessard R, Simard M. Wilfrid-Étienne Brunet, fondateur des pharmacies Brunet. Cap-aux-Diamants 1989 (hiver); 4 (4) : 64.

Pionniers de père en fils. Site de Brunet [en ligne] : http://www.brunet.ca/infos-et-nouvelles/info-corpo.html (page consultée le 26 mars 2013).

Auteurs:
Nancy Marando
Jean-François Bussières

Création : 26 mars 2013
Publication : 4 avril 2013

Publicités